series-top-flop-2021-netflix-and-chill

Mes séries top/flop de 2021

84 vues

Avec les années, l’article de débrief annuel sur toutes les séries que j’ai visionnées est devenu mon marronnier préféré. Je l’ai un peu zappé l’an dernier. J’ai préféré me consacrer aux films qui ont marqué mon année 2020. D’ailleurs, je compte bien te parler de quelques films cette année encore. Mais, après l’engouement suscité par mon article sur la série Spartacus, je me suis dit qu’il était grand temps que ce marronnier fasse son come-back. C’est parti pour mon top/flop spécial séries visionnées en 2021.

Les feuilletons français

Avant d’entrer dans le vif du sujet, j’aimerais faire mon mea culpa. Il y y deux ou trois an, j’ai descendu le feuilleton de TF1, Demain Nous Appartient, dans un article. Je ne vais pas revenir sur ce que j’ai dit : au début, ce n’était pas très bon. Pourtant j’ai continué à regarder. Le feuilleton a évolué, je l’ai apprécié d’avantage. Et franchement, lorsque tout s’est arrêté avec les confinements, c’était vraiment très agréable d’avoir du contenu inédit (et de qualité) à la télévision. Alors big up à Demain Nous Appartient, Un Si Grand Soleil, Plus Belle la Vie, Ici Tout Commence !

Unreal

Tu vas vite le remarquer mais cette année grâce aux confinements et à la fermeture des restaurants, j’en ai profité pour visionner des séries assez anciennes pour la première fois. C’est ça aussi la magie du digital : permettre à certains objets audiovisuels de ne pas tomber (ou rester) dans l’oubli.

Le peech

Unreal nous plonge dans les coulisses plutôt sombres et scabreuses de la télé-réalité “Il était une fois” qui ressemble à s’y m’éprendre au Bachelor. On suit Rachel Goldberg, interprétée par Shiri Appleby (Roswell) qui reprend son poste de chargée de production pour une nouvelle saison de “Il était une fois” après avoir fait une dépression nerveuse et révélé tout ce qu’il se passait en coulisse lors du final en direct de la saison dernière. L’autre personnage central est interprété par Constance Zimmer. Il s’agit de Quinn King, l’impitoyable productrice prête à tout pour faire de l’audience et gravir les échelons quitte à manipuler les candidats ou pousser les chargés de prod à faire le sale boulot. Au programme : rumeurs, coucheries, scènes humiliantes, affrontements musclés et quelques romances.

Top ou flop ?

Unreal entre dans la catégorie des tops sans la moindre hésitation. D’une part parce que c’est une série très psychologique, qui nous fait réfléchir aussi bien sur nous-mêmes que sur le monde qui nous entoure et la façon dont il fonctionne. La série sait se renouveler à chaque saison et exposer toutes les facettes de ses personnages. On peut, dans un premier temps, en détester certains puis changer d’avis au fil des épisodes et inversement. D’autre part, pour moi qui aime la télé-réalité en tant qu’objet télévisuel, j’ai aimé le fait qu’elle soit exploitée et exposée de cette façon.

La Chronique des Bridgerton

Oui, j’ai cédé face à l’engouement médiatique et regardé Bridgerton sur Netflix. Franchement, aucun regret. Bridgerton est une série à ne pas manquer.

Le peech

La Chronique des Bridgerton sur Netflix est l’adaptation des romans du même nom, écrits par Julia Quinn. Chaque opus raconte comment l’un des enfants Bridgerton a finalement réussi à convoler en juste noces dans l’Angleterre du début du 19ème siècle.

La saison 1, comme le premier roman, est consacrée à l’histoire d’amour entre Daphné et le Duc de Hastings qui naît d’une manipulation en quelques sortes. Daphné est désignée par la Reine comme étant le joyau de la saison mais son frère aîné Anthony fait fuir tous les prétendants valables si bien que plus aucun homme à marier ne semble s’intéresser à elle. Hastings, quant à lui, est le chouchou des jeunes filles et de leurs mères. Mais il déteste être sous le feu des projecteurs et veut que son séjour à Londres soit le plus paisible possible. Ensemble, ils mettent en place un stratagème. Hastings va faire semblant de s’intéresser à Daphné pour augmenter sa côte de popularité et calmer la horde de mères et de filles qui le harcèlent.

Top ou Flop ?

Bon, ok, dépeint de cette façon, la série ne fait pas trop rêver. Pourtant, La Chronique de Bridgerton est une réussite bien plus grande que la saga littéraire. La casting est superbe, parfaitement esthétique. La bande son est géniale et rassemble des titres contemporains interprétés au violoncelle. La série fait fi de l’Histoire et crée une Angleterre mixte, avec des Noirs ayant autant de droits et de pouvoirs que les Blancs. Voire même plus puisque la Reine d’Angleterre est noire.

L’histoire d’amour entre Daphné et le Duc est charmante et, avouons-le, de plus en plus sulfureuse au fil des épisodes. Cependant, le plus intéressant dans cette première saison, ce sont les personnages secondaires. Héloïse Bridgerton, l’intrépide qui ne veut ni se marier, ni faire d’enfants, ni renoncer à ses études et qui se met en tête de démasquer la Gossip Girl de l’époque : Lady Whistledown. Anthony Bridgeton, partagé entre son désir de libertinage et son devoir en tant que Comte et chef de famille. Les femmes Featherington un peu beaufs, un peu gauches et prêtes à tout. Benedict Bridgerton, qui se cherche un peu…

Pour moi, Bridgerton est un top et j’attends la saison 2 avec impatience. La série est bien plus palpitante que le roman mais si tu veux en savoir plus sur Daphné et le Duc, leur relation, leurs psychologie, c’est le livre qu’il faut lire.

Impeachment

Impeachment, c’est le nom de la troisième saison de la série American Crime Story. La saison 1 était consacré à l’affaire O.J Simpson. La saison 2 à la cavale meurtrière de l’assassin de Gianni Versace. Pour sa troisième saison, American Crime Story s’intéresse à une autre affaire qui a galvanisé le monde : l’affaire Monica Lewinsky.

Le peech

Fin des années 1990, Bill Clinton est sous le coup d’une procédure d’impeachment visant à le faire destituer de son statut de Président des Etats-Unis. On lui reproche d’avoir menti sous serment en affirmant n’avoir jamais eu de relations sexuelles avec une jeune stagiaire de la Maison Blanche : Monica Lewinsky. Quel genre de personne est Monica Lewinsky ? Quelles étaient ses relations avec le Président ? Comment et pourquoi le scandale est né ? Quels ont été les dommages collatéraux de cette affaire ? Voilà toutes les questions qui trouveront leurs réponses.

Top ou flop ?

J’ai un peu de mal à me prononcer. Globalement, il s’agit d’un top. C’est, comme toutes les saisons d’American Crime Story, bien réalisé, bien joué, hyper prenant, hyper addictif. Le petit plus de cette saison Impeachment c’est la présence de Monica Lewinsky à la production qui donne un caractère authentique aux épisodes. Néanmoins, il y a quelques petites choses qui me dérangent :

  • Les Clinton sont un peu trop diabolisés. C’est vrai que ce n’est pas un couple très apprécié mais j’ai trouvé que l’image qu’on donne d’eux n’est pas suffisamment nuancée.
  • Monica Lewinsky a un peu trop le rôle de la victime. Au fil des épisodes tu ne peux qu’éprouver de la pitié, de la compassion pour elle. Là encore, pas suffisamment de nuances. Notamment la scène final : alors qu’elle dédicace sont livre, la foule et les paparazzi lui provoquent une crise d’angoisse. On ne parle de pas de ses diverses apparitions télé, de son déménagement à Londres, de sa ligne de sacs à main, de ses conférences…. Alors oui, ce qu’elle a subi est extrêmement cruel mais elle a su en tirer partie. Elle ne s’est pas effondrée.
  • L’épisode final est plutôt nul, il arrive comme un cheveu sur la soupe. On comprend mal que Bill Clinton n’a pas été destitué, d’ailleurs on ne voit pas du tout comment lui et Hillary ont vécu le dénouement l’affaire. C’est un point de vue qui manque à l’intrigue. J’aurais voulu un saut dans le temps bien plus important. On aurait pu voir comment Monica Lewinsky s’en est sortie plusieurs années après. J’aurais voulu un final avec bien plus de recul.

Mixte

Seule et unique série française de cet article. C’est vrai qu’il n’y a pas de série française que je regarde assidument. Je crois que c’est ça aussi l’effet positif des Netflix et Amazon. Chaque pays développe du contenu pour ses ressortissants (voire plus) et fait en sorte qu’on ne soit pas tous tournés vers l’Etranger, en particulier vers les Etats-Unis.

Le peech

Septembre 1963 en France, les fille sont autorisées à fréquenter le même établissement scolaire que les garçons. Même si elles peu nombreuses, le lycée Voltaire est alors sans dessus-dessous. Beaucoup pensent qu’elles n’y ont pas leur place, qu’elles vont déconcentrer les garçons, qu’elles ne sont pas capables d’étudier…

Une série à voir ?

Un top pour cette série que j’ai trouvé très féministe même si elle ne se présente pas de cette façon. L’émancipation de la femme est constamment abordée avec ces adolescentes qui tentent de se faire une place dans cet ancien lycée de garçon. Mais également auprès des professeures qui, même adultes, ne peuvent pas vraiment vivre librement.

La série n’a pas été renouvelée pour une saison 2. Dommage, j’étais curieuse de connaître la suite. Mais ce n’est pas une raison de faire l’impasse sur cette unique saison qui mérite d’être regardée.

You

Comme chaque année depuis 3 ans, j’ai regardé la nouvelle saison de la série You. Tu sais, Penn Bagley interprète Joe Goldberg, un tueur en série romantique.

A la fin de la saison 2, Joe pensais avoir trouvé son âme sœur en la personne de Love. Il pensait avoir tourné la page de ses pulsions et de ses mauvaises actions… Mais ça c’était avant de croiser le regard de sa nouvelle voisine… et d’être totalement blasé par les aléas de la vie de jeune parent. Dans cette saison, la folie de Love a pris le pas sur celle de Joe qui a dû agir en conséquence. Tu remarqueras que j’essaie de te mettre l’eau à la bouche, sans tout te spoiler pour autant. Parce que oui, c’est saison est bonne, il faut que tu la voies. Mais elle m’a laissé un goût amer. Elle est légèrement en-dessous du niveau des saisons précédentes mais le pire c’est que la perspective de la saison 4 ne fait pas rêver.

Only Murder in the building

Martin Short, Steve Martin et Selena Gomez décident d’élucider le meurtre de leur voisin, Tim Kono, et documentent leur enquête grâce à leur podcast : “Only Murder in the Building”.

Cette série c’est la bonne surprise de cette fin d’année. Au départ, on peut avoir des doutes. Qu’est-ce que Selena Gomez fait là ? Ce casting intergénérationnel peut-il vraiment fonctionner ? Tous les voisins vont mourir au fin des épisodes ?… Tout ce que tu dois savoir c’est que :

  • c’est bien mis en scène
  • l’intrigue est hyper bien ficelée
  • c’est très drôle
  • tu vas trouver les épisodes trop courts
  • à la fin tu vas en redemander

Dynastie

Cette série, je la rajoute un peu en dernière minute parce que je viens tout juste de la commencer. Comme toujours, je suis un peu réfractaire lorsqu’il y a un engouement médiatique autour d’une série. En plus les reboots n’ont, jusqu’ici, pas été à la hauteur. Je pense à celui de Charmed qui arrive bien trop tôt et dont le trailer fait mal aux yeux. Mais je pense également à celui de Dallas. J’avais tellement hâte de découvrir le reboot du célèbre soap américain car :

  • les soaps, c’est vraiment mon da-da
  • le casting était incroyable : Jesse Metcalfe, Jordana Brewster, Josh Henderson, Patrick Duffy, Brenda Strong, Larry Hagman…

Pourtant dès le début tout sonnait faux, tout était ennuyeux car tellement prévisible, c’était plombant. J’avais peur de vivre la même chose avec Dynastie. Et j’ai été agréablement surprise. On retrouve tout les codes du soap opera ou de la telenovela, sans la lourdeur du teasing. Les rebondissements sont omniprésents. Franchement quand on consomme beaucoup de séries, c’est hyper compliqué d’être surpris par un évènement, de ne pas avoir 10 000 coups d’avance sur l’intrigue. Avec Dynastie, je suis complètement décontenancée à chaque épisode.

Le casting est super. On a des grandes stars comme Alan Dale et Grant Show. Mais aussi des acteurs moins connus comme Elizabeth Gillies et Nathalie Kelley qui ont les rôles principaux dans la saison 1.

Quand les séries s’inspirent de la haute société

Comme pour Dallas, Dynastie c’est une grosse entreprise familiale spécialisée dans l’énergie, deux familles qui s’affrontent pour le pouvoir et la richesse. Mais Dynastie c’est une série girl power qui nous plonge avec succès dans un univers où règne l’opulence.

Mine de rien c’est quelque chose de difficile à mettre en scène. Je pense notamment à Newport Beach (une de mes série préférée) qui raconte l’histoire d’un jeune sur une mauvaise pente qui va côtoyer l’élite d’Orange County. Bien que cette série doive montrer une fracture entre deux classes sociales et leurs différentes perceptions de la vie, on est léger sur le faste. Pareil pour Gossip Girl. Bon, là on est un cran au-dessus avec des robes de créateurs et de beaux apparts. Pourtant chaque fête à le même décor morose. Dans Dynastie on voit les choses en grand niveau décor. Chaque fête est clinquante, chaque cadeau est grandiose. Et, mine de rien, ça participe a immerger totalement le spectateur dans l’univers des personnages.

En bref, Dynastie c’est palpitant, punchy, bien réalisé, drôle et addictif. Même le générique est bien et on sait à quel point c’est devenu un exercice difficile qui peut vite devenir has been.

Oh et, contrairement à Dallas, la mixité raciale est bien présente et on n’a pas l’impression que c’est seulement une question de quota.

Big Bang Theory

Non, ne dis rien ! J’ai bien conscience que ça fait un millier d’année que la série qui met les geeks à l’honneur s’est achevée. Mais tu le sais aussi bien que moi, la télévision française ne te facilite pas la tâche lorsqu’il s’agit de voir une série jusqu’au bout. Déjà qu’en moyenne tu as 1 ans et demi de retard sur le reste du monde, ensuite on te diffuse tout dans le désordre, ou bien on mélange toutes les saisons… Bref, j’ai profité du début plutôt calme de l’année 2021 pour voir en entier des séries que j’ai commencé sans jamais pouvoir les finir. Big Bang Theory en tête. Et voici ce que j’en ai a dire :

  • Ils n’ont absolument pas volé leur 1 millions de dollars par personne, par épisode, car cette série est tout simplement hilarante.
  • Les bromances sont vraiment le genre que je préfère.
  • Ils ont su s’arrêter au bon moment, toutes les séries ne peuvent pas se vanter de l’avoir fait.
  • Le final est tout simplement parfait.

Private Practice

Private Pratice c’est le premier spin off de Grey’s Anatomy. Souviens-toi, au milieu de la saison 3, on suit Addison Montgomery fraîchement divorcée du Docteur Mamours, définitivement séparée du Docteur Glamour en visite à son amie Naomi, spécialisée dans la fertilité. Cet épisode là, c’était le pilote. L’année suivante, Addison quitte Seattle et s’installe à Los Angeles pour travailler dans le centre de soins dédié à la famille créé par Naomi et Sam, Ocean Side.

Les trois premières saisons sont supers. On apprend à aimer ces médecins qui se mettent toujours dans des situations incroyables. La quatrième saison est un peu en dessous. La cinquième a sont lots d’épisodes poignants mais la sixième est interminable ! Elle est extrêmement longue, mal filmée, mal découpée. Bref, tu sens dès le début que c’est bientôt la fin et au lieu de regarder chaque épisode avec entrain et nostalgie, tu as seulement hâte que ça s’arrête. J’ai poursuivi juste pour le plaisir de visionner le happy end.

Et aussi pour être à jour quand Addison fera son grand retour dans Grey’s Anatomy cette année.

Supernatural

2021, c’est l’année où j’ai enfin pu voir l’épisode final d’une série que je suis depuis des années : Supernatural. A l’inverse de Private Practice, Supernatural a mis à profit sa dernière saison en régalant les fans jusqu’au bout. Tous les guests qu’on a adoré étaient là. Les grands méchants ont fait leur retour. Toujours autant de second degrés, de musique et de bromances.

J’aime bien juger une série dans son entièreté avant de la faire entrer dans le palmarès de mes séries favorites. J’ai donc l’honneur de t’annoncer que Supernatural est entrée à la seconde place, juste derrière Buffy contre les Vampires et juste avant…

Non mais attend ! Est-ce qu’on se ferait pas un article spécial séries cultes ? Et un article dédié aux meilleures et aux pires fins de séries ? J’attends ton avis en commentaire !

close
Inscrit-toi à la newsletter mensuelle !

Au programme : un édito inspiré, les derniers articles publiés, mes coups de coeur mode, beauté, lifestyle et le mantra du moment.

29 ans | Paris | Professionnelle de la food et de la communication | Lifestyle Blogger |
"Today, be the badgass girl you were too lazy to be yesterday"

Laisse un commentaire

Your email address will not be published.