dirty-thirty-accomplissement
Photo de Jonathan Borba sur Unsplash

30 before 30 ou la pression de l’accomplissement

27 janvier 2023
238 vues

Je crois que j’ai passé l’année de mes 29 ans à faire le bilan de tout ce que j’ai pu accomplir. Comme s’il fallait que le fasse une liste, que je coche plein de cases pour signifier au monde mon accomplissement. Car, soyons honnêtes, tout le monde attend de toi que tu te sois accompli avant 30 ans. Moi-même, au début de ma vingtaine, je pensais que « je me serais accomplie » avant mes trente ans.

L’accomplissement selon l’imaginaire collectif

Je pensais qu’à 30 ans, je serais mariée, j’aurais un enfant, j’aurais gravi les échelons d’une société ce qui m’aurait donné une vie confortable. J’avais l’impression qu’il fallait avoir accompli toutes ces choses avant ses 30 ans. Comme si, passé cet âge, on entamait un chemin plutôt tranquille et routinier. Sans doute parce que biologiquement on amorce lentement notre… décente. Adieu fertilité, flexibilité et collagène ! Bonjour embonpoint, rides et chiropracteur ! Bon, j’ai un peu noirci le tableau mais t’as saisie l’idée ?

Bienvenue dans le club des vielles-filles

J’ai déjà abordé le sujet dans mon billet d’humeur spécial 29 ans mais je me suis faite à l’idée qu’on allait s’offusquer de plus en plus souvent que je ne sois pas mariée, que je n’ai pas d’enfant, que je vive avec ma mère… S’offusquer et bien sûr me juger en me mettant dans la catégorie « vielles-filles ». C’est embêtant, agaçant, mais ça m’importe peu. La plupart des gens ne voit l’accomplissement que de cette façon et il faut s’y faire. Si j’avais voulu me mettre dans ce genre de situations, je le serais.

Avec le temps j’ai affiné ma vision de l’accomplissement. Je le vois davantage d’un point de vue professionnel que personnel. Ce qui, dans mon cas, n’est pas plus réjouissant pour autant.

Ce que j’aurais aimé accomplir avant 30 ans

A mes 29 ans, j’ai voulu élaborer un 30 before 30 de choses à faire mais j’ai très vite été à court d’idées. Dans mon esprit, « accomplissement » rime avec « travail ». Il ne s’agit pas de sauter en parachute, d’avoir fait le tour du monde, de s’être fait tatouer… Je l’ai toujours vu dans le sens de s’être démarqué professionnellement, d’avoir créé une entreprise ou bien, gravi les échelons dans le privé.

Faire partie du club des 30 en-dessous de 30

Quand je vois que la personne derrière le concept store pour chiens Barks and Brothers a 26 ans, je l’envie. Alors, oui, ce n’est pas une multinationale, mais c’est concret et plein de perspectives. Il y a aussi Cathy Closier qui détient les restos Season et qui a ouvert son premier restaurant à l’âge de 26 ans. Ou encore Valentina Ferragni (née 1 mois après moi) qui a lancé sa marque de bijoux à 26 ans. Une marque successfull après seulement 3 ans d’existence. D’ailleurs elle a fait partie d’une édition des 30 under 30 de Forbes. Un classement dans lequel j’ai secrètement toujours eu envie d’apparaître.

Le Graal

Chaque année, le magazine business américain Forbes, et ses éditions internationales, recensent 30 personnes de moins de 30 ans s’étant distinguées dans le monde des affaires et de l’industrie. En faire partie ce doit être un peu la consécration. On doit avoir le sentiment d’être quelqu’un. C’est sans doute pour cette raison que certains sont prêts à payer des sommes folles pour qu’on leur crée une couv qui ne sortira jamais en kiosque mais qui fera plaisir à leur ego (comprendra qui pourra 😉 ).

Alors oui, professionnellement parlant, j’ai pas mal de trucs sur le feu qui se concrétiseront dans les mois et les années à venir. Mais présentement j’ai 30 ans et je n’ai rien créé.

Time is up

J’ai toujours eu l’impression que le temps et moi faisions une course où je suis constamment à la traîne. J’ai beau avoir des envies, des objectifs, le temps pour les accomplir me file toujours entre les doigts. Ou peut-être que je n’ai pas serré le poing suffisament fort pour le retenir.

Quelques années en arrière, je regardais les CV reçus pour un poste et je me demandais comment ces gens, plus jeunes que moi avaient fait pour avoir autant de diplômes, vécu autant d’expériences. Tandis que moi, je ne vole pas très haut. C’est là le noeud du problème ! Voir toutes ces personnes “réussir” m’a mis la pression et m’a découragé. Et moi, quand j’ai la pression, je me mure dans l’inactivité et me contente de mon train-train.

Si vous êtes satisfait de ce que vous avez, vous vous sentirez plus heureux

Robert Walker

En attente d’accomplissement mais reconnaissante

Contrairement à ce que pouvait laisser croire le début de cet article : je ne suis pas au bord du suicide. Je suis juste un peu déçue. Sans doute parce que j’ai tendance à toujours voir le verre à moitié vide. Pourtant, quand je change de perspective, le verre n’est pas si vide que ça.

Je repense à cette liste de 30 choses à faire avant 30 ans que je n’ai pas pu remplir. Si j’étais très vite à court d’idées c’est aussi parce que j’ai déjà eu l’opportunité de faire plein de choses. Mes parents m’ont donné de nombreuses opportunités comme partir en Guadeloupe, au Maroc, en Tunisie, en Irlande, en République Dominicaine. De voir la Bretagne, la Bourgogne ou la région Rhône-Alpes. Ou encore, d’apprendre à nager, à faire du patin à glace, à monter à cheval. J’ai fait des parcs d’attractions, vu des comédies musicales en live, fait des expos, des musées et vu tout un tas de films et de séries. J’ai fait des études supérieures, rempli mon CV et épargné. Je suis allée à Rome en solo. J’ai visité Londres, Nice et Milan.

Bien sûr, j’aimerais découvrir d’autres endroits comme Hawaii. Bien que j’aie peur des tremblements de terre et des tsunamis… J’aimerais voir la Polynésie Française ou bien faire un canoé trip en Suède mais il sera toujours temps de le faire plus tard.

L’accomplissement n’a pas d’âge limite

C’est ça le point important à retenir : il n’y a pas de date butoir. Il n’y a pas d’âge limite pour vivre des expériences. Et ce n’est pas parce qu’à 30 ans, de moins en moins de choses sont gratuites ou à des tarifs préférentiels, que l’on doit croire le contraire. Rien n’est fini !

Besoin d’inspiration ?

https://www.cosmopolitan.fr/,30-choses-avoir-faites-avant-ses,1956585.asp

Une trentaine de bon augure

Entre le début et la fin de cet article fleuve, j’ai eu 30 ans et je suis bien plus optimiste et soulagée. Toute l’année des 29 ans, on vit avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Elle nous nargue et nous met la pression : « tic-tac ! Dépêche-toi d’accomplir quelque chose avant que le temps ne soit écoulé ! ». Maintenant que le couperet est tombé, que je suis passée de l’autre côté, je me suis détachée de la pression de l’accomplissement before 30. D’ailleurs, je peux dresser un tableau bien plus lumineux sur ce changement de dizaine et des années qui l’ont précédé.

En voyant le verre à moitié plein, je dirais que :

  • J’ai bien profité de mes 30 premières années de vie ;
  • Je me fiche d’avoir été productive ou non ;
  • Je me fiche de remplir toutes les cases ; Je dirais même plus, je suis contente de ne pas avoir cocher certaine case juste pour pouvoir dire « voilà, je me suis accomplie »;
  • Ces deux dernières années, j’ai posé les jalons pour une trentaine sur les chapeaux de roues ;
  • J’ai pris conscience que le temps filait à toute vitesse et qu’il fallait l’exploiter au lieu de le regarder passer ;
  • J’ai confiance en l’avenir et en ma capacité à atteindre mes objectifs ;

Certaines personnes mettent plus de temps que d’autres à accomplir de “grandes choses”. C’est sans doute pour cette raison que le classement 40 before 40 à été lancé. A moi maintenant de rentabiliser chaque minute.

Inscrit-toi à la newsletter mensuelle !

Au programme : un édito inspiré, les derniers articles publiés, mes coups de coeur mode, beauté, lifestyle et le mantra du moment.

Laisse un commentaire

Your email address will not be published.

Don't Miss