Le Blues de l’anniversaire

32 vues

I sing the blues all night long.

Early in the morning.

Late in the midnight.

I sing the blues.

Bon, ok, j’exagère carrément en citant un couplet de la chanson d’Etta James, I sing the blues, mais un an de plus, c’est une étape ! Ça met un coup au moral ! Je ne pensais pas être dans cet état d’esprit avant mes 30 ans, au moins ! Les anniversaires ont toujours été une fête pour moi : « chouette, un an je plus ! Je grandis, j’avance, j’évolue. C’est cool, c’est chant-mé » (je ne dis jamais ce mot mais on va faire comme si). Mais depuis les deux derniers anniversaires, ce n’est plus le cas. Je pense plutôt : « je n’ai pas mille et une expériences sur mon CV, ni même 36 diplômes à mon actif ; je n’ai pas fait le tour du monde ni été arrêtée dans un pays étranger et il y a toutes ces personnes plus jeunes que moi qui ont accompli bien plus de choses en moins de temps » .

Alors c’est ça vieillir : réaliser qu’il y a du monde derrière qui progresse et avoir l’impression de stagner ? Se comparer à ceux qui ont réussi professionnellement, à ceux qui ont « réussi » personnellement et réaliser que l’on n’a fait ni l’un ni l’autre ? En tout cas c’est ce dont ça à l’air. À ce train là, je vais finir comme Miss Fine et dire à qui voudra bien le croire que j’ai X années indéfiniment. En plus avec ma tête d’enfant, quelque chose me dit que ce ne sera pas bien sorcier.

 

Bonjour vieillesse !

Et puis, il a cette épée de Damoclès au dessus de ma tête. Mais oui, les 25 ans ! 25 ans soit l’âge auquel il est conseillé de commencer à utiliser, avec parcimonie, une crème anti-âge afin de prévenir l’apparition des signes de l’âge ; soit l’avant-dernière ligne droite pour procréer en minimisant les risques (et pour procréer tout court), à part ça pas de pression ; soit aussi le moment où la société tout entière va se liguer contre toi et t’enlever peu à peu tous les petits plaisirs que tu n’avais pas su apprécier à leur juste valeur, tu l’auras deviné : les tarifs préférentiels. Un peu comme si elle disait : « il est temps pour toi de bien gagner ta vie ! » J’avoue qu’un petit coup de pied aux fesses de temps en temps, permet de faire avancer mais celui-ci, c’est comme enlever une sucette de la bouche d’un enfant, c’est cruel.

snap masque hydratant

Sans compter qu’à partir de 25 ans, on ne laisse plus rien passer. « Quoi ?! Tu vis encore chez ta mère ?… Toujours pas de CDI ?… Toujours pas de mec ? Donc le mariage c’est pas pour tout de suite… À ton âge tu fais de l’acné ?!  ». Une petite dernière juste pour la forme (accompagnée de sa réponse ) : « Quoi ?! t’as toujours pas le permis !! Ohh trop choquant ». Eh bien non, je n’ai pas le permis car j’habite en région parisienne que la circulation devient vite compliquée, que je n’ai aucune envie de me lever deux heures plus tôt pour rester bloquée dans les bouchons ou tourner pendant des heures afin de trouver une place ; parce que je n’ai aucune envie d’investir dans un gouffre financier pour m’amputera d’au minimum 800 balles par mois ; parce que boire ou conduire il faut choisir, parce qu’on a inventé des VTC ou les transports en commun (#ecolo). Puis, c’est pas pour les deux fois par an où je vais chez Ikea que je vais m’acheter une bagnole. Nananananaire !!!

T’as le look coco !

Il me fallait pour l’occasion un look qui reflète mon humeur du jour. Nous avons donc une robe T-shit à inscription de chez Zara « I only accept apologies in cash » (bah oui, faut bien que je multiplie les rentrées d’argent pour partir de chez ma mère et payer ce mariage de science-fiction). Elle est bleu pétrole (comme mon âme 😉 ), parce qu’aujourd’hui je suis en mode sarcasmes et ironie. Elle a des sequins ce qui me permet de faire des appels de phares à mon futur recruteur. D’où la longue veste smocking (il me semble que c’est le bon mot) noire Stradivarius à laquelle j’ajoute des bottines Zara achetées pendant les soldes et un collant H&M 70 deniers.

img_6438

img_6442

Pour revenir sur la robe (avec un ton bien plus sérieux), elle aurait mérité une doublure, une vraie et pas seulement le bout de tissu auxquels sont accrochés les sequins (qui tombent assez facilement soit dit en passant) parce que les sequins, ça gratte ! Je l’ai prise en S, bien que ma taille soit le M, car j’avais peur qu’au niveau des épaules et de la poitrine, l’effet ne soit pas au rendez-vous, qu’elle soit trop large. Je trouve que le buste est parfait. Au niveau des hanches et de la longueur, ça pourrait être mieux mais ça passe.

img_6435

img_6444

 

J’ai pas trop le blues en fait

J’ai passé une excellente journée/soirée d’anniversaire dans cette tenue et j’ai réalisé que tout n’était pas si noir, j’ai relativisé. Sans doute le fait d’avoir été bien gâtée aura adouci mon humeur. Tout comme le fait d’avoir sacrément bien mangé et ce en excellente compagnie. Comme on dit en communication événementiel: “le succès d’un événement passe d’abord par l’estomac” #sotrue.

img_6372

birthday cake home made

img_6394 img_6390

Le véritable cap ce sera dans un an. Il me reste 365 jours pour profiter, tout accomplir et faire en sort d’éviter le blues le jour J. À moins que ce soit une année bissextile ?

Maintenant que j’ai répandu joie et bonne humeur autour de moi, je vous laisse. Il faut que j’aille faire la sortie des écoles maternelles et dire aux enfants que le Père Noël n’existe pas.

La bise

29 ans | Paris | Professionnelle de la food et de la communication | Lifestyle Blogger |
"Today, be the badgass girl you were too lazy to be yesterday"

Laisse un commentaire

Your email address will not be published.