Loading
Conseils-week-end-etranger

On emporte quoi pour un week-end à l’étranger ?

Voyager léger a toujours été un casse tête pour moi. J’ai tendance à emporter toute ma penderie pour avoir le choix, parer à toutes les éventualités. Cependant, à l’occasion de mon anniversaire, j’ai passé un petit week-end à l’étranger, à Londres plus précisément. J’ai revu mes habitudes et établi une liste très restreinte de choses à emporter. Il faut avouer que le froid m’a bien aidé à définir les éléments essentiels. Le verdict est sans appel: c’est un succès.

Adieu sac à main

La première étape pour moi fut l’acquisition d’un sac à dos. Un acte très surprenant car, je n’ai pas porté de sacs à dos depuis le Eastpak marron de mes années collège. Malgré ma préférence pour le sac à main dans la vie de tous les jours, je me suis quand même dit qu’un sac à dos serait plus pratique pour un week-end à l’étranger. Premièrement, la taille d’un sac à dos étant bien plus minime que celle de mon cabas de tous les jours, cela me forçait à n’emporter que l’essentiel. Deuxièmement, cela me permettait d’avoir les main libre et de pourvoir tout mitrailler avec mon appareil photo. Oui, je suis ce genre de touriste…

Le sac parfait

J’ai trouvé le sac parfait chez Kapten & Son, une marque très connue sur Instagram notamment pour ses montres et ses solaires (et le partenariats qui vont avec). J’ai craqué pour le modèle Lillestrom All Black et son format rectangulaire et peu volumineux. J’avais cette image déplaisante du sac à dos hyper gonflé comme un ventre après un bon repas que je ne retrouve pas dans le Lillestrom qui lui, conserve sa forme d’origine.

J’apprécie également ses deux poches intérieures, la poche extérieure profonde, relativement discrète, facile d’accès et sa bonne contenance. J’ai pu y glisser mon iPad, mon appareil photo, une bouteille d’eau, tous les papiers concernant le séjour, mes minis guides touristiques préférés et parfois même mon parapluie (moyennant un minimum d’organisation).

Vive la fausse fourrure

Le sac à dos était au centre de mon organisation. Cependant, il fallait également penser à la météo. Difficile de profiter du moment, de partir à la découverte de la ville  quand on est frigorifié. J’avais donc tout prévu:

  • Un parapluie
  • Un manteau en fausse fourrure, on est toujours bien au chaud dans ce genre de manteau et, s’il prend quelque goutes, il ne faut pas oublié de le brosser avant qu’il ne sèche;
  • Une bonne écharpe: bien longue, bien douce et qui ne craint pas les tâches
  • Une paire de gant tactiles, pour ne pas avoir à enlever ses gants à chaque fois que je prends mon téléphone;
  • Un cache-oreilles, dont finalement je n’ai pas eu l’utilité;
  • Une paire de chaussures confortables qui ne craignent pas la pluie

Less is more

Le choix de n’emporter que l’essentiel m’a facilité la tâche lorsque j’ai fait ma valise. La tenue que j’allais porter le jour J serait celle de ma première journée à Londres. Il m’en allait donc seulement deux autres ainsi qu’une tenue plus habillée au cas où.

Côté make-up et skin care, je me suis poser une simple question: qu’est-ce que j’utilise quotidiennement? Là encore, le fait que ma routine a pris pour mantra « Less si more » m’aide beaucoup.

Voici la liste non-exhaustive des produits que j’ai emportés :  

Les indispensables d’un week-end à l’étrange

En faisant la liste de tout ce que je devait emporter, il y avait deux choses primordiales à ne surtout pas oublier. L’un est un objet dont en vérité on a besoin tous les jours. Il s’agit d’une batterie portative à deux ports qui permet de recharger complètement son téléphone jusqu’à 3 fois. Impossible de partir sans tant on sait à quel point la batterie de l’iPhone est capricieuse… pour ne pas dire autre chose…

L’autre, j’ai commencé à l’utiliser la première fois que je suis allée à Londres et jusqu’à quelques jours avant le départ pour organiser le séjour. Il s’agit de l’application Mapstr enregistrer toutes les adresses que j’avais repérées sur Instagram pour les garder en tête et savoir dans quel coin elles se trouvaient de façon à organiser un planning fluide. Par exemple, tel jour, on va visiter Westminster, on met en évidence Westminster sur la car et on voit que tel restos est juste à côté… t’as saisi l’idée ?

La meilleure carte au monde 

J’ai commencé par enregistrer l’hôtel, point de repère hyper important. Puis toutes les adresses food ou shopping ou bien culturelles qui me tentaient et ensuite nous avons « planifié » notre périple.

aperçu mapstr
mapstr.com

Mais ce n’est pas tout !! Quand on est à l’étranger, on n’a pas accès à Internet. Ce qui est bien plus contraignant qu’il n’y paraît. Franchement je ne me souviens même pas comment on faisait avant !! Tout ça pour dire que le vrai plus de Mapstr c’est que même sans avoir accès à Internet, on peut voir les adresses sauvegardées et surtout se localiser soi et savoir à quelle distance on se trouve de notre point d’arrivée. C’est vraiment hyper, hyper, hyper pratique !

Télécharge Mapstr ici

J’écris ces quelques lignes et je me sens tout à fait prête à repartir en week-end à l’étranger, à la découverte d’une nouvelle ville européenne (peut-être quand il fera moins froid ^^)… Affaire à suivre !

Leave a Reply